DEVERIA Eugène – Lettre autographe signée.

DEVERIA Eugène – Lettre autographe signée.

550€

Lettre autographe signée à Monsieur Berthoud.

Devéria s’inquiète de la vente de plusieurs de ses toiles à Londres.

 » mais voici…..les tableaux libres et je viens vous demander si je dois compter sur votre proposition d’envoyer à Sydenham mes deux tableaux de Jeanne Seymour à sa toilette. (…) j’ai qq’ petits tableaux dont je puis disposer. Entre autre Catherine d’Aragon tiré de l’Henry 8 de Shakespeare. Je vous serai obligé de m’aider quant au prix approximatif que je dois mettre aux deux toiles….. »

Description

Eugène DEVERIA (1805.1865)

Lettre autographe signée à Monsieur Berthoud datée du 21 septembre 1857. Trois pages in-8° sur papier bleu. Manque en partie centrale sans atteinte au texte. Adresse autographe.

Devéria s’inquiète de la vente de plusieurs de ses toiles à Londres.

« Monsieur, j’ai voulu un jour que j’étais accidentellement à Paris vous voir chez vous, mais ce n’était justement pas votre jour de visibilité et force me fut d’y renoncer n’ayant plus ensuite eu le temps de me lancer … St Jacques. Les remises de fermetures du Salon m’ont empêché de vous écrire depuis, mais voici…..les tableaux libres et je viens vous demander si je dois compter sur votre proposition d’envoyer à Sydenham mes deux tableaux de Jeanne Seymour à sa toilette. Si vous les voulez toujours pour l’exhibition d’…. ils seront à votre disposition chez M.Lambert doreur passage du commerce faubourg St Germain. Soyez assez bon, Monsieur, de ma faire savoir vos intentions à ce sujet afin que je prévienne M.Lambert… les toiles chez lui- et qu’il ait à vous les remettre. La grande est toute prête avec sa caisse vu qu’elle a déjà voyagé. Veuillez aussi me dire si je dois vous adresser qq’autre chose….j’ai qq’ petits tableaux dont je puis disposer. Entre autre Catherine d’Aragon tiré de l’Henry 8 de Shakespeare. Je vous serai obligé de m’aider quant au prix approximatif que je dois mettre aux deux toiles…..
j’ignore absolument le tarif général des objets d’art à Londres. Pardon Monsieur de la peine que je vous donne et croyez à la considération de votre très humble serviteur Eug.Devéria »