WAGNER Richard – La partition manuscrite de Rienzi.

WAGNER Richard – La partition manuscrite de Rienzi.

Vendu

Lettre autographe signée (deux fois) à l’éditeur Gustave-Alexandre Flaxland.

Lucerne. 16 janvier 1869.

« Il me faut la grande partition d’orchestre autographiée. »

Remarquable lettre de Wagner furieux qu’on ait égaré la partition manuscrite originale de son opéra Rienzi.

Rupture de stock

Description

Richard WAGNER (1813.1883).

Lettre autographe signée (deux fois) à l’éditeur Gustave-Alexandre Flaxland.

Trois pages in-8° en français. Lucerne. 16 janvier 1869.

Wagner et la France. NRF. Pages 74-75

« Il me faut la grande partition d’orchestre autographiée. »

Remarquable lettre de Wagner furieux qu’on ait égaré la partition manuscrite originale de son opéra Rienzi.

« J’ai demandé voir la partition d’Orchestre autographiée que j’avais faite parvenir à M. Guillaume à Bruxelles. Toutes mes suppositions pour la complétité de la partition se fondaient sur cet exemplaire. Si on ne l’a pas reçu de Bruxelles, il faut le demander, parce qu’il appartient à moi. Tout autre arrangement ne provient pas de moi. Je ne veux pas souffrir à cause de ces inexactitudes. Les endroits coupés à tort sont indiqués par moi dans l’exemplaire de la partition de piano française que j’ai renvoyée. S’ils doivent être restitués postérieurement par l’entremise de Dresde, je ne pourrais indiquer autre chose aujourd’hui. Cet exemplaire de partition de piano allemand, que je reçois dans ce moment, ne sert à rien. Je le renvoie immédiatement. Lucerne. 16 janvier 1869. Richard Wagner. Il me faut la grande partition d’orchestre autographiée telle qu’elle a été transmise à M. Guillaume par M. Schott. Ou – plutôt – : dans cette partition tout est en règle ; on pourra faire arranger à Paris tout d’après elle. RW. »

Rienzi, le dernier des Tribuns, troisième opéra achevé de Wagner, fut crée le 20 octobre 1824. Il sera présenté pour la première fois en France, au Théâtre Lyrique Impérial, en 1869, quelques semaines après cette lettre.

La partition originale ici égarée par Wagner, fut finalement offerte à Adolf Hitler, en 1939, pour son cinquantième anniversaire, puis disparaîtra dans les bombardements de Berlin, à la fin de la seconde guerre mondiale.

Gustave-Alexandre Flaxland (1821.1895) fut l’éditeur parisien de Wagner. Le 4 janvier 1860, Wagner et lui avaient passé un contrat relatif à la publication des ouvrages wagnériens en français. La maison Flaxland, sise place de la Madeleine deviendra la Maison Durand en 1870.

 

 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “WAGNER Richard – La partition manuscrite de Rienzi.”