Raymond RADIGUET et la rédaction de ses poèmes obscènes.

Raymond RADIGUET et la rédaction de ses poèmes obscènes.

1 800€

Lettre autographe signée à Irène Lagut.

« Je fais des poèmes de très vieux monsieur, à cette différence près qu’aucun vieux monsieur ne saurait les faire ! »

Description

Raymond RADIGUET (1903.1923)

Lettre autographe signée à Irène Lagut.

Une page ½ in-8°.

Hôtel Gilles et Jules. Carqueiranne (Var) – Sans date (été 1921)

« Je fais des poèmes de très vieux monsieur, à cette différence près qu’aucun vieux monsieur ne saurait les faire ! »

« Chère Irène, Votre lettre me fait bien grand plaisir; je suis bien heureux aussi d’apprendre que vous travaillez. Moi, je travaille énormément ; je fais d’immenses poèmes (un par jour) et obscènes ! Les rêves …… Dont vous me parlez sont-ils toujours de la même nature. Cela m’intéresse beaucoup. Quel dommage que vous refusiez à les raconter ! Je me rappelle un soir où malgré les supplications de Jean et de moi, vous n’avez rien voulu nous raconter ; c’était un soir de homard à l’américaine chez les Bertin, si j’ai bonne mémoire. Pardonnez-moi de vous dire des choses aussi stupides, mais le travail (et quel travail !) et la campagne me rendent gâteux. Je fais des poèmes de très vieux monsieur, à cette différence près qu’aucun vieux monsieur ne saurait les faire ! Enfin à mon retour, qui ne saurait tarder (dans une quinzaine) je vous montrerai toutes ces horreurs ; si vous ne vous bouchez pas les oreilles. Pardon pour ce papier à lettres, si j’avais l’embarras du choix, j’aurais choisi pour vous un papier à fleurs, mais ce vilain papier à carreaux, je ne peux le fleurir que de ces bêtises que je vous raconte. Écrivez-moi, vous me ferez un immense plaisir. Si vous allez chez les Dardel, donnez-moi des nouvelles de Nils et surtout de Thara. ! Elle m’écrit une lettre très gentille, avec des dessins très suédois et très à la manière de l’oncle. Elle me raconte qu’elle m’avait écrit une fois déjà, mais que Nils a voulu corriger les fautes de sa lettre, et qu’après il n’est plus rien resté ! C’est si gentil ! Je vous raconte cela parce que vous aimez certainement Thara, autant que je puisse l’aimer. Au revoir ma chère Irène, racontez-moi un peu Paris, si vous avez le temps. Je vous embrasse. Raymond Radiguet. » 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Raymond RADIGUET et la rédaction de ses poèmes obscènes.”