Pierre SOULAGES – Lettre autographe signée. Son exposition à New-York.

Pierre SOULAGES – Lettre autographe signée. Son exposition à New-York.

2 500€

Lettre autographe signée à Jean Leymarie.

Très belle lettre du peintre français préparant son exposition new-yorkaise de 1958.

J’aurais aussi voulu vous montrer un groupe de peintures qui partaient à New-York où j’ai une exposition le 12 nov.

Description

Pierre SOULAGES (1919-)

Lettre autographe signée à Jean Leymarie.

Deux pages in-4° sur papier vélin à bords effrangés.

Enveloppe autographe timbrée et oblitérée. Paris. 27 octobre 1957.

 

Très belle lettre du peintre français préparant son exposition new-yorkaise de 1958.

« Cher Leymarie, Après une très mauvaise grippe qui m’a empêché de le faire plus tôt, je voudrais vous dire combien j’ai été heureux de votre lettre et de ce que vous pensez de ma peinture. Je regrette beaucoup vous avoir raté à votre passage, j’avais très envie de vous revoir. J’aurais aussi voulu vous montrer un groupe de peintures qui partaient à New-York où j’ai une exposition le 12 nov.D’autre part, ma femme et moi allons faire un voyage un peu semblable au vôtre – en partie sur les fonds de la Windsor Foundation. Nous partons le 8 pour New-York et devons rentrer début mars après le Japon, l’Inde, etc… J’aurais aimé parler avec vous de votre voyage, de peinture, et aussi d’un projet encore incertain. Mais cela se retrouvera. J’espère vous voir à mon retour et si vous ne veniez pas à Paris, je pourrais toujours venir à Genève. Veuillez me croire amicalement votre Soulages. PS. Je vous ai fait adresser un catalogue de l’exposition de gravures. »

 

En novembre 1957, Pierre Soulages a 38 ans. Il vient de recevoir le prix Windsor (évoqué dans cette lettre) avec le peintre américain William Morris. Sa quatrième exposition solo s’ouvre à la Kootz Gallery sur Madison, à New York. Cela fait déjà trois ans que le marchand Samuel Kootz le représente, mais c’est la première fois que le Français traverse l’Atlantique. À New York, ses toiles abstraites rencontrent le succès auprès des collectionneurs (dont Nelson Rockefeller) et des musées tels que le MoMA et le  Guggenheim.

C’est durant  ce même hiver 1957 que Soulages rencontre la communauté des artistes locaux. Sam Hunter, historien d’art et conservateur, les lui présente en organisant, chez lui, une soirée en son honneur. Soulages se rappelle de cet épisode-clé : « Il y avait là environ une quinzaine de peintres, dont Rothko que je voyais pour la première fois. » Les deux hommes ne se sont ensuite jamais perdus de vue. En bon camarade, Rothko organisait à chacun de ses passages à New York une party en l’honneur du Français, qui faisait de même quand l’Américain venait à Paris en invitant pour lui une foule de gens dans son atelier.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Pierre SOULAGES – Lettre autographe signée. Son exposition à New-York.”