Pierre-Simon BALLANCHE – Sa dernière lettre.

Pierre-Simon BALLANCHE – Sa dernière lettre.

750€

Lettre autographe signée à son ami Justin Maurice.

Remarquable lettre de l’académicien Français, la dernière de sa vie semble-t-il, évoquant Madame Récamier, Chateaubriand, Ampère, et Lamartine, puis évoquant ses craintes d’une Révolution (qui surviendra huit mois plus tard).

Description

Pierre-Simon BALLANCHE (1776.1847)

Lettre autographe signée à son ami Justin Maurice.

Une pages ½ in-8°. Adresse autographe et oblitérations postales sur le 4e feuillet.

(Paris). 2 juin 1847.

 

Remarquable lettre de l’académicien Français, la dernière de sa vie semble-t-il, évoquant Madame Récamier, Chateaubriand, Ampère, et Lamartine, puis évoquant ses craintes d’une Révolution (qui surviendra huit mois plus tard).

En fin de lettre, Ballanche loue les vertus de la santé, de la providence et de la vie qui l’abandonneront les jours suivants cette lettre.

« Mon très cher ami, Commençons par les santés. Madame Récamier a été très souffrante, ces jours-ci. Ses yeux sont aussi bien que possible. Je crois que les intermittences de découragement sont finies, et que nous arriverons, maintenant en peu de jours, à une amélioration notable. M. de Chateaubriand est parti pour Malesherbes, où il fera un très petit séjour, chez son neveu M. Louis de Chateaubriand. Malesherbes est à sept lieues au-delà de Fontainebleau. Ampère est toujours pris par la gorge ; on l’engage à aller aux Pyrénées, prendre les Eaux bonnes. Cousin doit y aller. Peut-être feriez-vous bien d’y aller faire un tour, aussi pour votre gorge. Je suis charmé que vous remettiez au travail ; mais un petit voyage n’empêche pas de travailler. Ampère et Cousin espèrent bien employer leur temps. Je crois qu’il faut se prémunir contre les éventualités de l’hiver. La petite Louise de Fanny ne pouvait se remettre. Sa mère l’a envoyée chez sa nourrice à Montmirail ; Hortense l’accompagne. M. de Hautefeuille ne peut presque plus marcher, ce qui est fort triste. Ma santé est très bonne. Je travaille, mais modérément. Je ne pourrai rien publier avant l’hiver, et je ne sais comment je publierai. Deus providabit. Ce n’est pas bien malheureux d’être le plus pauvre de la famille. Au moins on n’a à songer qu’à soi, quant aux moyens d’existence. Je crois cependant que vous avez toujours des charges dont vous ne me parlez pas. Vos rentrées de Russie sont-elles assurées ? Quant à la politique, je n’en sais rien de particulier. Notre situation me paraît très terne, en attendant qu’elle soit inquiétante dans toute l’Europe. C’est un grand bienfait en attendant, que la Providence daigne nous promettre une bonne récolte. Il me semble que nous ne nous montrons pas trop dignes de sa mansuétude. Cependant le nombre de bonnes âmes va en s’augmentant et c’est ce qui nous attire la clémence céleste. Le livre des Girondins (publié en 1847 par Lamartine) augmente de faveur, ce qui n’est pas pour moi le meilleur des signes. Une révolution sociale nous menace, nous pouvons l’ajourner mais non l’éviter. Soignez votre santé, la santé est bonne ce ne serait que pour faire quelque chose de sa vie. Je vous embrasse tendrement. Ballanche. 2 juin. Tout le monde vous remercie de vos bons souvenirs Donnez-moi de vos nouvelles, et permettez-moi de ne vous écrire que des lettres courtes. J’ai fait partir votre lettre en l’affranchissant selon votre désir. »

            

Justin Maurice, destinataire de cette lettre rédige quelques lignes (ambigües), une note historique, à la suite du texte de Ballanche :

« Ceci est la dernière lettre de cet excellent ami, tombé malade le 3 juin il est mort le 12 à 3 heures ½ du soir. Depuis la mort de ma mère il était la créature terrestre que j’aimais le plus. à qui irai-je maintenant ? qui aimerai-je ? pour qui et pourquoi vivrai-je ? malheur à ceux qui restent quand tous ceux qu’ils aimaient sont partis. O mon Dieu, mon Dieu venez à mon aide et faites que je vous aime assez pour pouvoir vivre sans autre amour. Au passage d’Agen mercredi 16 juin 1847. J.M. »

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Pierre-Simon BALLANCHE – Sa dernière lettre.”