Paterne BERRICHON, ses créances et Stéphane MALLARMÉ

Paterne BERRICHON, ses créances et Stéphane MALLARMÉ

350€

Lettre autographe signée au poète Francis Vielé-Griffin.

Émouvante lettre du poète appelant à l’aide Vielé-Griffin, rencontré chez Stéphane Mallarmé.

 » Pour seulement et simplement vous avoir, un soir, rencontré chez Stéphane Mallarmé, je suis peut-être osé dans cette démarche… »

Description

Paterne BERRICHON (1855.1922).

Lettre autographe signée au poète Francis Vielé-Griffin.

Trois pages in-8°. Slnd. Légères brunissures marginales.

Émouvante lettre du poète appelant à l’aide Vielé-Griffin, rencontré chez Stéphane Mallarmé.

« Monsieur et cher Poëte, Pour seulement et simplement vous avoir, un soir, rencontré chez Stéphane Mallarmé, je suis peut-être osé dans cette démarche, mais on m’y encourage tant, sur l’éloge de votre solidarité ! De front, donc, et net : M’aideriez-vous, le pouvant, à sortir d’un embarras horrible, tel : ma compagne, une âme d’élite, musicienne et écrivain elle-même, est à la rue, chassée, à ma suite, de la mansarde qui nous abritait. Sans ressources présentes, qu’allons-nous devenir ? Moi, passe. Mais elle, elle est trop digne pour suivre les incitations ordinaires du vice témoin de telles misères féminines, trop maladive pour supporter les privations du vagabondage ! L’arrestation sur un banc, la prison, elle y est résignée. Mais puis-je y consentir ? Et que faire ? Ce cri d’appel vers vous, mon cher confrère, je le pousse en désespéré, excité, je le répète, conseillé par d’aucuns de vos admirateurs, de vos amis qui ne m’ont autorisé à les nommer. Vingt-cinq francs pour retirer nos affaires retenues, cinquante francs pour un terme de loyer d’avance, quelques petites dettes de blanchisseuse qui ne veut nous rendre linge sans argent ; cent francs à peu près, au total, voici ce qu’il nous faudrait pour strictement nous tirer d’affaire. Mais les avanceriez-vous ? Je conçois que vous trouviez vers moi, en somme un étranger presque, cet argent un peu aventuré ou plutôt, non ! placé en simple bonne action – mais, sur la Poësie, notre mère, je jure de vous garder la plus enthousiaste des reconnaissances et de vous revaloir, cas échéant, ce service à jamais béni. Avec angoisse, votre Paterne Berrichon. Oh, en relisant cette lettre, comme cette question d’argent m’a répugné, et qu’il est pénible d’être pourtant forcé d’en passer par elle ! Je vous la porte cette lettre, douloureux dans le remords d’elle-même, quoi qu’il s’agisse de la vie même de ma chère amie. Si je ne vous rencontrais, voulez-vous, me répondre en hâte 28 rue des Lyonnais. Le concierge m’y garde encore ma correspondance. 28 rue des Lyonnais, dis-je. Merci, merci. P.B. »

Francis Vielé-Griffin (1864.1937) fut un poète symboliste français. Intime de Stéphane Mallarmé avec lequel il entretint des relations quasi filiales, il fut membre fondateur et Président de l’Académie Mallarmé.

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Paterne BERRICHON, ses créances et Stéphane MALLARMÉ”