Pablo PICASSO – Lettre autographe signée. 1946

Pablo PICASSO – Lettre autographe signée. 1946

5 500€

Lettre autographe signée à la Caisse Centrale de l’Impôt.

Rare et esthétique lettre de Picasso se mettant en règle avec l’administration fiscale.

Paris. 17 août 1946

Description

Pablo PICASSO (1881.1973)

Lettre autographe signée à la Caisse Centrale de l’Impôt.

Une page in-8° sur un bi-feuillet ligné. Cachet de réception. Paris. 17 août 1946

Rare et esthétique lettre de Picasso se mettant en règle avec l’administration fiscale.

« Messieurs, Par votre avis d’imposition en date du 27 juillet 1946 vous m’informez que je vous suis redevable dans le mois de réception du présent avis d’une somme de frs 635 364. Vous ayant envoyé un acompte de francs 125 000 je vous suis redevable de la somme de frcs 510 364 que je vous envoie ci-joint en un chèque à votre ordre en vous priant de vouloir bien m’en accuser réception. Veuillez agréer, Messieurs, l’assurance de mes sentiments distingués. Picasso. Paris, le 17 août 1946. PABLO PICASSO – 23 rue La Boétie – PARIS – 8e  Ardt »

Picasso installa son atelier au 23 rue de La Boétie en 1918, dans l’immeuble jouxtant celui de son ami et collaborateur le marchand d’art Paul Rosenberg. Il devait y rester une vingtaine d’années.

Le photographe Brassaï, envoyé en 1932 dans l’atelier de Picasso pour y effectuer un reportage photo nous laissa quelques tirages ainsi qu’un témoignage écrit de l’atmosphère qui y régnait : « Lorsqu’en hiver 1932, je franchis pour la première fois le seuil de son “atelier”, 23, rue La Boétie, où il habitait depuis quatorze ans, Pablo Picasso venait juste de dépasser le cap de la cinquantaine. Artiste “arrivé”, il en avait tous les attributs ; un duplex de grand bourgeois, un coffre-fort, une Hispano-Suiza conduite par un chauffeur en livrée. Si j’ai mis “atelier” entre guillemets, c’est qu’en guise d’atelier, il s’agissait, rue La Boétie, d’un appartement de quatre ou cinq pièces transformé en capharnaüm. Les chambres, chacune avec sa cheminée surmontée d’une glace, étaient entièrement vides de meubles, mais remplies de tableaux entassés, de rames de papier, de monceaux de livres, de paquets, de balluchons contenant des moules de sculptures, posés pêle-mêle à même le sol et recouverts d’une épaisse couche de poussière. […] Les portes ayant été supprimées, l’appartement était transformé en un vaste atelier fragmenté en de multiples coins pour les multiples activités du peintre. On marchait sur un parquet recouvert d’un tapis de mégots. Picasso peignait dans la pièce la plus vaste, la mieux éclairée, la Tour Eiffel sous les yeux et dont la svelte silhouette m’apparut à travers une forêt de cheminées. »

Infimes piqures éparses.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Pablo PICASSO – Lettre autographe signée. 1946”