NAPOLEON – Lettre signée Bonaparte. Juillet 1801

NAPOLEON – Lettre signée Bonaparte. Juillet 1801

7 500€

Lettre signée « Bonaparte » au Maréchal Berthier.

Vignette gravée à la gloire du Ier Consul.

Paris. 11 Thermidor an IX (30 juillet 1801).

« Donnez l’ordre, Citoyen Ministre, aux 10 compagnies du premier régiment d’artillerie de se rendre à Chambéry ; elles sont à Turin. »

Description

NAPOLEON (1769.1821)

Lettre signée « Bonaparte » au Maréchal Berthier.

Deux pages in-4°. Vignette gravée (par Roger) à la gloire du Ier Consul.

Paris. 11 Thermidor an IX (30 juillet 1801).

« Au Ministre de la Guerre. Donnez l’ordre, Citoyen Ministre, aux 10 compagnies du premier régiment d’artillerie de se rendre à Chambéry ; elles sont à Turin ; à la 20 demi-brigade légère de se rendre à Digne en passant par la vallée de la Sture ; à la 19edemi-brigade légère de se rendre à Nice ; au 13ede chasseurs de se rendre à Lons-le-Saunier en passant par le petit St Bernard.Vous enverrez un ordre séparé pour chacun de ces corps. La date du départ sera en blanc. Le Général Jourdan les fera partir de la manière dont il le jugera convenable. Vous lui recommanderez de signifier les ordres, l’un après l’autre. Il fera remplacer la garnison de Turin par les troupes du reste de la Division. Vous lui écrirez de faire connaitre par des courriers extraordinaires au gouvernement le jour où chacun de ces corps arrivera à sa destination. Le gouvernement se proposant de prendre des mesures pour punir les coupables lorsque ces corps seront arrivés.Faites-lui également connaitre que j’attends avec impatience le rapport détaillé de la conduite de chacun de ces corps. Je vous salue. Bonaparte.»

Par un arrêté du 12 avril 1801 (22 germinal an IX), le Piémont avait été érigé en « division militaire », le quartier général se trouvant à Turin (art. 1er) ; l’administrateur général était le général Jourdan (art. 9). Ce nouveau statut de la région du Piémont prépare l’annexion qui aura lieu le 11 septembre 1802. Le référendum de février 1799 avait montré l’adhésion de la population, à la réunion à la France, mais dans des conditions de vote tellement suspectes, qu’une insurrection éclata, fortement réprimée par Grouchy. Les défaites françaises d’avril 1799 retardèrent le projet d’annexion. Par la suite le traité de Lunéville (9 février 1801) et celui d’Amiens (25 mars 1802) n’évoquèrent pas la question piémontaise, laissant Bonaparte apprécier la situation à sa guise.

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “NAPOLEON – Lettre signée Bonaparte. Juillet 1801”