MONET et l’Olympia d’Edouard MANET. 1889.

MONET et l’Olympia d’Edouard MANET. 1889.

Vendu

Lettre autographe signée au peintre lyonnais Antoine VOLLON.

Deux pages in-8° à l’encre violette. Giverny, le 23 novembre 1889.

Belle lettre de Monet organisant une souscription pour Olympia de Edouard Manet.

Rupture de stock

Description

Claude MONET (1840.1926)

Lettre autographe signée au peintre lyonnais Antoine VOLLON.

Deux pages in-8° à l’encre violette. Giverny, le 23 novembre 1889.

Belle lettre de Monet organisant une souscription pour Olympia de Edouard Manet.

« Mon cher Vollon, Je m’occupe d’une souscription que nous faisons entre amis et admirateurs de Manet pour acheter son Olympia et l’offrir au Louvre. C’est le plus bel hommage que nous puissions rendre à sa mémoire – et c’est en même temps une faveur discrète de venir en aide à sa veuve à laquelle appartient le tableau. J’ai pensé que vous seriez heureux de vous associer à notre manifestation à laquelle nous serions heureux nous même de vous voir prendre part. Je viens donc vous prier de me répondre le plus tôt possible en me disant pour quelle somme…. Avec mes meilleurs compliments, croyez moi cordialement votre Claude Monet. »

En 1889, Olympia de Manet fut exposée à l’Exposition universelle. Un collectionneur américain proposa 20.000 francs pour l’acquérir. De peur de voir ce chef d’œuvre quitter la France, Claude Monet, soutenu par Octave Mirbeau, lança en juillet 1889, une large souscription pour offrir le tableau au Louvre. La somme fut réunie le 7 février 1890 grâce à des contributeurs tels que Caillebotte, Durand-Ruel, Huysmans, Mirbeau et bien sûr Monet. D’autres refusèrent, comme Zola, Fauré ou Cassat. Le tableau fut d’abord présenté au Musée du Luxembourg, puis au Musée d’Art Moderne. Sur décision finale de Clemenceau, Olympia rejoignit le Louvre en 1907 où il fut accroché face à la Grande Odalisque d’Ingres. Le tableau est aujourd’hui exposé au Musée d’Orsay.

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “MONET et l’Olympia d’Edouard MANET. 1889.”