Moïse KISLING et son exil à NY durant la deuxième guerre mondiale.

Moïse KISLING et son exil à NY durant la deuxième guerre mondiale.

2 500€

Lettre autographe signée à son épouse Renée.

Superbe et émouvante lettre de Kisling ayant fuit le régime nazi et son exil à NY.

« J’ai décidé en débarquant que j’ai 19 ans juste l’âge quand j’ai débarqué à Montparnasse. « 

Description

Moïse KISLING (1891.1953)

Lettre autographe signée à son épouse Renée.

Quatre pages in-8° sur papier à en-tête du Congres Hôtel à New York.

NY. 13 février 1941.

Superbe et émouvante lettre de Kisling ayant fuit le régime nazi et son exil à NY.

« New York est une ville magnifique. La vie est belle. On sent partout un sang nouveau et j’ai décidé en débarquant que j’ai 19 ans juste l’âge quand j’ai débarqué à Montparnasse.  »

 

« Ma petite Renée, Enfin en moment de répit qui me laisse tranquille pour t’écrire ma première lettre de New York. Tu as du recevoir ma dépêche t’annonçant mon arrivée. Tu as du être inquiète de la recevoir si tard mais le voyage a duré exactement 14 jours. Primo par ce que c’était un très petit et très vieux Cargo et secundo la mer était très très mauvaise. Je n’aurais jamais cru si on m’avait dit que je prendrais un bateau pareil et qui durera si longtemps que j’arriverai vivant à New York. Mais chose incroyable j’étais un des 4 passagers sur 350 qui n’ont pas été malades. Peux-tu croire à une chose pareille ? Vraiment je te dis la vérité par ce que je ne peux pas le croire moi-même ! Maintenant on me dirait de retourner tout seul sur un petit bateau comme Alain Gerbault je n’hésiterai pas. Je suis rentré en plein New York. Depuis mon arrivée je ne fait que téléphoner, déjeuner, dîner, souper chez des amis que j’ai retrouvés très nombreux et où je suis reçu avec une gentillesse incroyable ! Quels gens magnifiques ces américains ! C’est tout le contraire de ce qu’on nous a bourré le crâne. New York est une ville magnifique. La vie est belle. On sent partout un sang nouveau et j’ai décidé en débarquant que j’ai 19 ans juste l’âge quand j’ai débarqué à Montparnasse. Comme tu vois tout va bien et je suis certain que tout marchera bien pour moi. Et vous mes chers ? J’ai hâte d’avoir de vos nouvelles. As-tu reçu les 27 mille Fr ? (…) J’étais bien préoccupé par ta dernière lettre où tu me disais que le ravitaillement est si difficile. Trouves-tu assez de nourriture pour les bêtes ? Reçois-tu régulièrement les colis que je t’avais envoyés de Lisbonne ? J’ai laissé des instructions à Sousa pour la continuation des envois de colis postaux. Je lui ai laissé des fonds pour ça et je vais lui envoyer d’ici l’argent pour les prochains mois. La dernière lettre que tu m’as envoyée tu m’as accusé réception pour le colis envoyé en novembre. Il me reste donc de savoir combien de colis tu as reçu en décembre et  janvier. Tu continueras de m’accuser réception comme par avant. J’attends aussi la réponse au trois lettres du 4 – 18 – 24 janvier. J’espère que la correspondance marchera comme par avant évidemment en tenant compte de la distance du temps qu’elle mettra. Je ne vais pas rester dans cet hôtel longtemps. Juste le temps de trouver un atelier. Je te préviendrai de mon changement d’adresse par télégramme. Les prix des ateliers ici sont de 150 200 dollars par mois. Tu vois sur quelle échelle nous marcherons ici. Mais on s’en fout. Nous en gagnerons beaucoup de dollars, à cause de mes dix doigts…. »

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Moïse KISLING et son exil à NY durant la deuxième guerre mondiale.”