Michel HOUELLEBECQ – « La fin d’ Extension du domaine de la lutte est complètement désespérée. »

Michel HOUELLEBECQ – « La fin d’ Extension du domaine de la lutte est complètement désespérée. »

3 000€

Lettre autographe signée.

Très belle lettre de l’écrivain français donnant son avis analytique de deux de ses œuvres :Extension du domaine de la lutte et Sens du combat.

« La fin d’ Extension du domaine de la lutte est complètement désespérée. »

Description

Michel HOUELLEBECQ (1956-)

Lettre autographe signée.

Une page in-4°. Paris. 18 avril (1997). Enveloppe autographe. 

« La fin d’ Extension du domaine de la lutte est complètement désespérée. »

Très belle lettre de l’écrivain français donnant son avis analytique de deux de ses œuvres : Extension du domaine de la lutte et Sens du combat.

« Madame, Je dois malheureusement donner raison à votre entourage. La fin d’ « Extension du domaine de la lutte » est complètement désespérée. Je n’ai jamais adhéré aux critiques adressées aux relations fusionnelles ; pour moi toute relation vise normalement, nécessairement à établir quelque chose de fusionnel ; à nier la liberté et l’individualité des personnes en présence. Un échec du fusionnel est donc pour moi, immédiatement, un échec de toute relation possible. La fin de « Sens du combat », par contre, n’est nullement désespérée ; j’espère qu’elle introduit à un espace ouvert, où le collectif sera, de nouveau possible.

Pour les points plus pratiques : en principe il faut l’autorisation de Flammarion pour reproduire un extrait de n’importe quoi (et la mienne, mais je vous la donne). En pratique, pour une revue « d’expression libre à diffusion locale », ça ne posera aucune difficulté ; ne leur en parlez même pas.  Mettez juste : « extrait de La poursuite du bonheur. Edition Flammarion », et ça ira. Soyez heureuse. Et merci pour votre lettre. Michel Houellebecq. »

 

 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Michel HOUELLEBECQ – « La fin d’ Extension du domaine de la lutte est complètement désespérée. »”