Maréchal LYAUTEY - Importante lettre sur l'Exposition Coloniale de 1931.

Lettre autographe signée à Marcel Olivier.

Très belle lettre de Lyautey revenant avec amertume sur l’Exposition Coloniale de 1931, organisée par lui et M. Olivier, Porte Dorée à Vincennes.

« « Assez de Lyautey, nous en avons soupé », voilà le fond de leur pensée à tous. »

450

Hubert LYAUTEY (1854.1934) Maréchal de France.

Lettre autographe signée à Marcel Olivier.

Deux pages in-4° sur papier à son adresse.

(Thorey). 3 janvier 1932

« Assez de Lyautey, nous en avons soupé », voilà le fond de leur pensée à tous.

Très belle lettre de Lyautey revenant avec amertume sur l’Exposition Coloniale de 1931, organisée par lui et M. Olivier, Porte Dorée à Vincennes.

« Mon cher Gouverneur Général et ami, Je reçois votre bonne lettre de Nice du 29. Je vous ai déjà télégraphié les vœux de mon ménage pour le vôtre. Je vous les renouvelle très affectueusement en vous remerciant de tout ce que vous me dites si cordialement sur notre collaboration. Pour 1932 ce sera une année si lourde de préoccupations vitales pour notre pays et pour le monde, que les soucis personnels ne comptent pas au regard de tels aléas. Me reparlant de l’Exposition, vous me demandez si « nos dirigeants se rendent exactement compte de son succès, et se doutent de la part qui y est due à mon prestige personnel ». Ils s’en rendent parfaitement compte et c’est pourquoi ils sont trop heureux que ce soit fini. C’est pourquoi ils ont été, eux et la Ville de Paris si hostiles à la réouverture d’abord, et ensuite à la conservation de la moindre trace, non seulement d’Angkor mais même des plus inoffensives et gratuites, telles que Mount Vernon, la grande forteresse …. non, il faut que tout soit rasé, rasibus, et qu’il ne reste pas pour l’avenir le moindre témoignage de mon passage à Vincennes. Et c’est pourquoi aussi je suis … que tous, bureaux, conseils municipal, dirigeant, se mettent en travers de la Maison de la France Extérieure, et s’arrangeront pour l’étouffer, la retarder, la minimiser dans des conditions telles, qu’il n’y ait plus pour moi aucun intérêt ni aucune dignité à m’en occuper. « Assez de Lyautey, nous en avons soupé », voilà le fond de leur pensée à tous. J’en prends parfaitement mon parti, et mieux vaut s’en rendre clairement compte que de s’illusionner.J’ai retrouvé ici mes livres, les souvenirs, le travail et les gens et c’est l’essentiel. Je retournerai à Paris pour le 15 afin d’y annoncer ma liquidation générale. Ma femme est très touchée du souvenir de Madame Olivier qu’elle sera très heureuse de revoir. Je serai heureux de vous retrouver et de venir causer avec vous et vous demande de trouver ici, mon cher Gouverneur Général et mai, l’assurance de ma gratitude et de mon affectueux dévouement. Lyautey. »

 

En 1927, Lyautey accepte le poste de commissaire général de l’Exposition coloniale internationale qui se tient à la Porte Dorée à Paris en 1931. Aidé par une poignée de ses anciens, avec Gérard de Launay en chef de cabinet, il réussit le tour de force de présenter des reproductions des monuments des cinq continents, tels que les temples d’Angkor, des mosquées, des ksours, la maison de George Washington, …. et de tenir son budget à l’équilibre grâce aux 33 millions de billets vendus

Marcel Olivier fut gouverneur général de Madagascar  du 20 février 1924 au 30 janvier 1929. Sous sa direction fut créée la Banque de Madagascar tandis que l’investissement des sociétés commerciales était encouragé sur l’île. Il lança, enfin, de grands travaux, notamment de construction de routes. De retour en France métropolitaine, Olivier est chargé d’assister Lyautey  dans l’organisation de l’Exposition coloniale internationale. Son expérience dans les colonies et cette participation lui permettent d’obtenir un bon nombre de contacts dans les milieux politiques, administratifs et industriels français.

Formulaire de contact

Nouveautés