Louis-Ferdinand CELINE – Lettre autographe signée à son avocat depuis sa geôle.

Louis-Ferdinand CELINE – Lettre autographe signée à son avocat depuis sa geôle.

2 500€

Lettre autographe signée à son avocat Thorvald Mikkelsen.

« Demandez je vous en supplie mon retour en France. »

Description

Louis-Ferdinand CELINE (1894.1961)

Lettre autographe signée à son avocat Thorvald Mikkelsen.

Deux pages in-4° au crayon. Sur papier rose de la prison Københavns Faengsler.

31 janvier 1947.

Lettre inédite à la correspondance de la Pléiade.

« Mon cher Maître, Surtout ne relâchez pas votre pression d’une seconde, nous savons par expérience que les promesses les plus officielles au Danemark ne valent à peu près rien, et que les volte faces sont de règle. Si l’on en me dirige pas sur le Rigshospital dans le cours de la semaine, demandez je vous en supplie mon retour en France. J’ai perdu 13 mois de supplice dans les prisons danoises. Cela suffit dans la vie d’un homme de 54 ans ! S’imagine-t-on que j’ai 200 ans à vivre dans les ministères danois ? Dans tous les cas prison pour prison, en avant pour la France (où je n’aurais peut-être jamais fait autant de prison ! ). Tout ceci très aimablement commencé tourne avec le temps à l’odieux, sadique et grotesque. Tous ces chichis, ces subtilités superdiplomatiques sont à présent burlesques et hors de propos. Ce qui était intelligent il y a 18 mois est aujourd’hui absurde et insupportable. Le temps passe. … Le ministère le sait-il ? Y lit-on les journaux ? »

Céline se réfugia au Danemark à la Libération. Il trouva à se loger dans l’appartement d’une amie, la danseuse Karen Marie Jensen qui résidait alors à Madrid. L’ambassadeur de France, apprenant en octobre 1945 la présence de Céline au Danemark, s’informa auprès du ministre des Affaires étrangères de ce qu’il convenait de faire. Georges Bidault lui répondit qu’un mandat d’arrêt avait été lancé contre Céline en avril 1945 et qu’il fallait obtenir son extradition. Le 17 décembre 1945, le couple fut arrêté, Lucette étant libérée quelques jours après. Pour sa défense, Céline s’adressa au Danemark à Thorwald Mikkelsen, avocat francophone et francophile rencontré par l’intermédiaire d’amis danois, et en France à Albert Naud, avocat ancien résistant approché par l’intermédiaire de son ami Antonio Zuloaga, attaché de presse à l’ambassade d’Espagne. Le gouvernement danois, jugeant insuffisants les griefs à l’encontre de Céline, refusa son extradition mais le garda en prison jusqu’au début du mois de mars 1947, date à laquelle il fut transféré dans au Rigshospital de Copenhague.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Louis-Ferdinand CELINE – Lettre autographe signée à son avocat depuis sa geôle.”