LE CORBUSIER et la publication du « Destin de Paris ». 1940

LE CORBUSIER et la publication du « Destin de Paris ». 1940

5 000€

Lettre autographe signée à son éditeur, Fernand Sorlot.

Superbe lettre relative à la publication du Destin de Paris durant l’occupation.

« Vous n’avez pas en face de vous des auteurs débutants et impatients, mais des apporteurs d’idées. »

Description

LE CORBUSIER, Charles-Édouard JEANNERET, dit (1887.1965)

Lettre autographe signée à son éditeur, Fernand Sorlot.

Deux pages ½ in-8°. Ozon. 19 décembre 1940.

Superbe lettre relative à la publication du Destin de Paris durant l’occupation.

« Cher Monsieur, Je suis sans nouvelle de ma précédente lettre où je prie votre collaborateur de hâter la parution de Destin de Paris. Je suis très déçu. Vous pourriez voir avec les gens qui font autour de moi, une brillante série de cahiers, à commencer par Giraudoux. Mais il faut de la suite et surtout répondre aux propositions faites. Je vous avais confié Destin de Paris à condition formelle de réaliser une impression record. J’ai expédié le manuscrit le 29 octobre. Ils s’agit de 60 pages ! Je reçois une lettre du Dr P. Winter qui me prie d’intervenir auprès de vous. Il se plaint que vous n’ayez jamais répondu à ses lettres de la zone libre. Il demande une situation franche. Il m’avise que M. Castres a des instructions pour parler finances avec vous et régler la question. Vous comprendrez bien que dans l’ouvrage de M. Winter, comme d’ailleurs dans mon petit cahier, il existe une question d’opportunité. Vous n’avez pas en face de vous des auteurs débutants et impatients, mais des apporteurs d’idées qui ne sauraient être tenus sous le boisseau. Je me permets donc de compter sur votre sincère collaboration et je vous prie instamment de me fournir des précisions sur les deux sujets évoqués dans cette lettre. Le Corbusier. »

 

En 1941 Le Corbusier publie Destin de Paris aux éditions Sorlot. Cet opuscule de 60 pages, réflexion sur la construction et le développement de Paris, est destiné au gouvernement de Vichy.Il  retravaille celui-ci jusqu’à mi 1942, date à laquelle ce il  quitte prudemment Vichy et  ses amis  issus de l’extrême droite: François de Pierrefeu, Hubert Lagardelle, Pierre Winter.  Il fonde alors à Paris  l’ASCORAL (assemblée des constructeurs pour une rénovation architecturale) qui fonctionnera durant l’occupation allemande.

Fernand Sorlot fut le fondateur des Nouvelles Éditions latines en 1928, et l’éditeur, à la demande de Charles Maurras, d’une traduction française non autorisée de Mein Kampf en 1934. L’affaire lui valut un procès contre Hitler en 1936.Pendant l’occupation allemande, de même que Robert Denoël, sa maison d’édition s’ouvre au capital allemand. En 1948, il est condamné à vingt ans d’indignité nationale et à la confiscation de ses biens pour ses activités d’éditeur pendant l’occupation allemande.

Pierre Winter fut membre du Faisceau de Georges Valois. Après l’éclatement du mouvement en 1928, il est l’un des animateurs du Parti fasciste révolutionnaire.Pendant la Seconde Guerre mondiale, Winter écrivit dans la presse collaborationniste et devint, en 1944, Inspecteur Général du Travail du gouvernement de Vichy.Ami de Le Corbusier, dont il est le voisin à Paris rue Jacob, il a préfacé l’un des tomes de ses Œuvres complètes.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “LE CORBUSIER et la publication du « Destin de Paris ». 1940”