Jean LANNES – Lettre autographe signée sur ses relations avec Napoléon Ier – 1807.

Jean LANNES – Lettre autographe signée sur ses relations avec Napoléon Ier – 1807.

Vendu

Lettre autographe signée à sa seconde épouse, Louise Guéhenneuc.

Très rare lettre du Maréchal depuis le front de la campagne de Pologne, se confiant avec amertume sur ses relations avec Napoléon.

« Je  suis souvent fâché d’avoir versé mon sang pour la gloire de l’Empereur. »

 

Rupture de stock

Description

Jean LANNES (1769.1809) – Maréchal d’Empire.

Lettre autographe signée à sa seconde épouse, Louise Guéhenneuc.

Deux pages in-4°. Adresse avec marque postale « n° 48. Grande Armée ».

Marienburg. 25 mai 1807.

« Je te jure, ma chère amie, que je suis souvent fâché d’avoir versé mon sang pour la gloire de l’Empereur. »

 

Extraordinaire et très rare lettre du Maréchal depuis le front de la campagne de Pologne, se confiant avec amertume sur ses relations avec Napoléon Ier.

Lannes évoque également la mort du fils de Louis Bonaparte et d’Hortense de Beauharnais.

Blessé à la bataille de Pultusk qu’il avait remportée en décembre 1806, le maréchal Lannes avait dû rentrer en France se reposer. De retour en Pologne en mai 1807, il assista à la prise de Dantzig le 20 du mois.

« Je suis bien fâché contre toi, ma vilaine amie, il a fallu que je reçoive une lettre qui détruise toutes les excuses que tu me dis pour que je te le pardonne ; de quoi diable viens-tu me parler de comtesse, est-ce que toutes les comtesses du monde peuvent me faire oublier un seul instant ma Louise que j’adore ? Oui, ma chère amie, je t’aime trop pour penser à d’autres que toi, ainsi sois bien tranquille, et demande moi pardon dans toutes tes lettres ; que je suis content, ma bonne Louise, que ton ami aille bien [le futur comte et sénateur François-Scholastique Guéhenneuc, père de Louise]. Dis-lui combien j’eusse été affecté si je n’eusse appris en même tems que sa maladie son rétablissement. Je suis revenu depuis hier de devant Dantzig ; cette place a capitulé ; il est possible que cela nous donne la paix. Pour moi, ma chère amie, je n’ose pas y croire, tant je la désire. On dit que l’empereur a été très affecté de la mort du petit Napoléon. Je suis bien impatient, ma chère Louise, de ne pas voir la fin de tout ceci. Je suis dégoûté à tel point que j’abhorre mon état ; on m’en a tant fait que je ne réponds pas de ne pas partir ; je te jure, ma chère amie, que je suis souvent fâché d’avoir versé mon sang pour la gloire de l’Empereur. J’ai toujours été victime de mon attachement pour lui, il n’aime que par boutades, c’est-à-dire quand il a besoin de vous. Je suis triste, je voudrais être près de toi et de mes enfants. Adieu, ma bonne amie, écris-moi souvent, embrasse pour moi ton ami, et toute la famille. Lannes.»

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Jean LANNES – Lettre autographe signée sur ses relations avec Napoléon Ier – 1807.”