Jacques MESRINE supplie l’aide de son avocat.

Jacques MESRINE supplie l’aide de son avocat.

4 800€

Lettre autographe signée à son avocat

Importante lettre de Jacques Mesrine, adressée à l’un de ses avocats, après son transfert dans l’une des plus dures prisons de France.

« Maître il est bien entendu que vous allez faire exactement TOUT ce que je vous demande. »

 

Description

Jacques MESRINE  (1936.1979)

Lettre autographe signée à son avocat

Deux pages grand in-4° au crayon.

Maison d’arrêt de Mende. Dimanche 28 juillet 1974.

« Maître il est bien entendu que vous allez faire exactement TOUT ce que je vous demande. »

Importante lettre de Jacques Mesrine, adressée à l’un de ses avocats, après son transfert dans l’une des plus dures prisons de France, à Mende, en Lozère. Révolté, Mesrine commence une grève de la faim.

« Maître Courtelain, En premier excusé [sic]cette lettre écrite au crayon mais je n’ai rien d’autre sous la main et je veux vous informer d’urgence de ce qui m’arrive. J’ai été transféré manu militari de Fresnes et après un long voyage écœurant de 15 heures en fourgon enchainé et en compagnie de 15 hommes de Clairvaux je me suis retrouvé à la maison de force de Mende soit à 600 km de Paris. Il faut que vous ou Smadja fasse d’urgence quelque chose. Comment voulez-vous que je puisse vous voir en étant à 600 km. Je suis « prévenu » par cette mesure arbitraire qui détruit toute possibilité pour moi à une défense pleine et entière. Je n’ai participé à aucune émeute, sauf frappé à ma porte et comme ils sont venus me chercher à 45 (20 gardiens 25 CRS) là j’ai insulté le directeur. Je n’ai aucun rapport. Vous comprendrez que je ne puisse pas accepter cette situation. C’est donc à mes avocats de se remuer et comme Smadja et Aïche sont en vacances il ne reste que vous avec cette grande responsabilité. Il n’est pas question pour moi d’attendre le retour de maître Smadja dans un mois car j’ai commencé une grève de la faim et dans un mois il ne restera qu’un ex Mesrine. Vous faire venir à Mende (en vous payant frais et honoraires) pensez-vous cela utile ? répondez moi pour me dire ce que vous pensez faire. En attendant vous allez signaler à toute la presse juridique et France inter et Europe N°1, cela par téléphone qu’actuellement Mesrine fait la grève totale de la faim ainsi que les 15 détenus de Clairvaux. Moi pour défendre mes droits bafoués ; eux parce qu’ils désirent voir madame Dorlhac secrétaire d’état à la condition pénitentiaire. Nous irons tous jusqu’à la mort. Par contre précisez qu’aucune de nous n’a été mal traité à Mende mais les « 16 » sont en grève de la faim. Maître il est bien entendu que vous allez faire dès réception de cette lettre exactement TOUT ce que je vous demande (je vous rémunérerai) si vous pouvez joindre Maître Smadja, faites le d’URGENCE. Prévenez Jane tout de suite qu’il y aura un très grand retard dans mes lettres. Dites-lui que je l’aime et d’avoir confiance, dites-lui pour la grève. Prévenez ma mère et expliquez lui tout car elle doit comprendre que c’est grave et doit être au courant et compter les jours au cas où on nous laisserait crever. Qu’elle bouge, téléphone à Lecanuet ou Giscard pour obtenir un rendez-vous ou autre. Répondez-moi en exprès, si vous pouvez venir en prenant l’avion et le changement venez. La chose est trop sérieuse (…) Prenez la chose très au sérieux et surtout une réponse immédiate à ma lettre en exprès. Cordiales Salutations. Un prévenu n’a rien à faire à Mende. Tout cela passe en priorité, si vous ne pouvez rien faire que ma mère téléphone à Naud et lui explique personnellement lui disant qui je suis. »

 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Jacques MESRINE supplie l’aide de son avocat.”