HUGO Victor – Lettre autographe signée à LAMARTINE sur la Révolution de 1848.

HUGO Victor – Lettre autographe signée à LAMARTINE sur la Révolution de 1848.

Vendu

Lettre autographe signée à Alphonse de Lamartine.

« Songez que je ne vis ici bas que pour la satisfaction de ma conscience.» 

Superbe lettre entre les deux poètes, suivant la Révolution de février 1848 et à l’aube de la deuxième République.

Rupture de stock

Description

Victor HUGO (1802.1885)

Lettre autographe signée à Alphonse de Lamartine.

Une page in-8°. (Paris) 21 mars (1848).

« Songez que je ne vis ici bas que pour la satisfaction de ma conscience.» 

Superbe lettre entre les deux poètes, suivant la Révolution de février 1848 et à l’aube de la deuxième République.

« O homme de peu de foi ! Attendez et vous verrez qui aime le peuple. Commençons par calmer la fièvre, ensuite guérirons les plaies. Songez que je ne vis ici bas que pour la satisfaction de ma conscience. Je vous envoie ce bon pour que ce qui vous manque, et je vous serre la main, mon cher poète. Comptez toujours sur mon cœur. Victor H.»

La Révolution de février 1848 marque une rupture nette dans la politique française puisqu’elle abouti à la fin de la monarchie. Après les épisodes révolutionnaire et napoléonien, la France demeure instable et est de plus en plus rétive aux régimes de compromis. Ainsi, après avoir mis un terme à la Restauration lors des Trois Glorieuses, la population française se soulève fin février 1848 pour abattre la Monarchie de Juillet.

La deuxième République est proclamée le 24 février 1848, et annoncée le lendemain, à la foule amassée devant l’Hôtel de ville de Paris, par Alphonse de Lamartine

Ce dernier fait son entrée dans le gouvernement provisoire et devient Ministre des Affaires étrangères.

Il signera, le 27 avril 1848, le décret d’abolition de l’esclavage.

En février 1848, après 18 ans d’un même régime, Hugo observe comment les libéraux, les républicains, mais aussi les légitimistes et les bonapartistes s’agitent.

Le 22 février, les premières barricades sont dressées. Le 23, la troupe tire sur la foule sur le boulevard des Capucins, Louis-Philippe est perdu. Le 24, place Royale puis à la colonne de Juillet, Hugo annonce la dissolution de la chambre et l’abdication de Louis-Philippe sous les applaudissements.

Pour Hugo, la République est le seul gouvernement rationnel, le dernier mot du progrès, il en rêve depuis 1830, mais pense que son heure n’est pas venue en France. Il la désire viable, définitive. Il n’est encore que républicain de principe. Pour lui, la République est prématurée, elle vient trop vite, il lui préfère la Régence. Il est un homme d’ordre, un conservateur modéré.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “HUGO Victor – Lettre autographe signée à LAMARTINE sur la Révolution de 1848.”