HUGO à Adèle – Ruy Blas et l’avenir de ses enfants. 1841.

HUGO à Adèle – Ruy Blas et l’avenir de ses enfants. 1841.

Vendu

Lettre autographe signée à son épouse Adèle Foucher.

Deux pages ½ in-8°. (Paris) 25 août 1841. Adresse autographe et oblitération postale.

«Ne crains rien. L’avenir est pour moi (…) Sois sûre que tout ce que je fais, je le fais gravement, sévèrement et l’oeil fixé sur l’avenir de mes enfants. »

Description

Victor HUGO (1802.1885)

Lettre autographe signée à son épouse Adèle Foucher, à St Prix.

Deux pages ½ in-8°. (Paris) 25 août 1841. Adresse autographe et oblitération postale.

«Ne crains rien. L’avenir est pour moi (…) Sois sûre que tout ce que je fais, je le fais gravement, sévèrement et l’oeil fixé sur l’avenir de mes enfants. »

Remarquable lettre à son épouse, évoquant l’Académie et Ruy Blas, et livrant à Adèle l’étendue de sa foi en leur destin commun.

« Je songeais, chère amie, aller diner avec vous tous ce soir, et puis je n’avais pas songé à la St Louis qui se fête, en sorte qu’arrivé à la voiture je n’ai pas trouvé de place. Chez Touchard, même ennui. A la voiture d’Aubonne, même encombrement. Force m’est de rester et je t’écris pour me dédommager un peu. Demain c’est l’académie, après demain vendredi j’ai rendez-vous pour l’affaire Subault, si bien que j’ai grand peur de ne pouvoir vous embrasser que samedi. Pourtant si je suis libre à temps vendredi, je serai bien heureux, et j’irai à St Prix. Je reçois tes bonnes lettres et j’apprécie tout ce qu’elles contiennent d’affection. Ne crains rien. L’avenir est pour moi et par conséquence pour toi et pour nos enfants bien aimés. Je m’occupe d’envoyer l’affaire Subault. Ce sera encore une brèche ; mais si mes affaires souffrent d’un côté, elles s’arrangent de l’autre. Je te conterai cela. J’ai force et courage, l’hiver sera bon, tu m’aideras et nous aurons bien vite tout réparé et tout amélioré. Ne doute pas surtout de ma prudence ; et sois sûre que tout ce que je fais, je le fais gravement, sévèrement et l’oeil fixé sur l’avenir de mes enfants. J’ai déjà bien commencé leur fortune et la tienne, je l’achèverai. Je vous embrasse tous, mes bien aimés. V. Foule immense toujours à Ruy Blas. »

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “HUGO à Adèle – Ruy Blas et l’avenir de ses enfants. 1841.”