Gustave COURBET prépare ses oeuvres pour l’exposition de Besançon.

Gustave COURBET prépare ses oeuvres pour l’exposition de Besançon.

13 000€

Lettre autographe signée à Charles Chappuis.

Rare lettre de Courbet préparant ses peintures pour l’Exposition de Besançon.

« Vous voyez qu’il y a plusieurs raisons graves si je suis en retard pour l’exposition de Besançon. »

 

 

Description

Gustave COURBET (1819.1877)

Lettre autographe signée à Charles Chappuis.

Trois pages ½ in-8°. Slnd (Printemps 1860). Lettre inédite.

Rare lettre de Courbet préparant ses peintures pour l’Exposition de Besançon.

« Je suis heureux d’avoir retrouvé en vous un camarade. Je compte sur vous pour m’être de bon secours. Du reste, je fais pour vous être agréable à tous ce que je ne peux pas faire dans ce moment comme dépense pécuniaire. Vous concevrez cela si je vous dis que je fais construire un atelier que je désire depuis 15 ans, et qui pourtant m’était de la plus grande utilité. Vous voyez qu’il y a plusieurs raisons graves si je suis en retard pour l’exposition de Besançon. Mais encouragé par la sympathie que vous m’avez manifestée vous tous, je vais faire tous mes efforts pour me mettre en ordre avec vos règlements, quoique retardataire. Par conséquent, je vous envoie la place que j’occuperai comme surface de cette exposition, si c’est possible à vous de me l’accorder. C’est par mes efforts que lors des Expositions du gouvernement à Paris, on a fini par exposer les œuvres des peintres ensembles. Ça évite une grande confusion et des recherches impossibles pour le public quand elles sont placées disséminées. Si elles ne sont pas d’un seul groupe, il faut au moins qu’elles soient sur le même panneau. 1/ ça fait voir l’homme distinctement dans sa persistance. 2/ Dans un local restreint comme le vôtre, c’est un va et vient du public à la recherche d’un tableau qui rend l’endroit impossible. Ce n’est qu’une simple observation que je vous fais, pas autre chose. Voici maintenant le nombre et la hauteur et la largeur des toiles que je vous enverrai. Fur à mesure que mes toiles seront encadrées, je vous les enverrai. Cribleuses de blé « mœurs anciennes des cultivateur de Franche-Comté » ; Voyage dans la neige dans les montagnes du Jura en 1860 ; Chasseur allemand « chasse non d’ordre » ; Chevreuil pendu « épisode de la curée, tableau de 1858 » ; Paysage des bords de la Loue Printemps ; Renard sur la neige devant sa tanière croquant sa proie ; Cerf qui prend eau, « (chasse d’ordre) un cerf chassé au bout d’une heure va tremper sa langue dans une fontaine » ; Portrait d’une dame allemande ; Portrait de Melle Z*** ; Jeune femme nue dormant. Sur ce, j’ai bien l’honneur de vous saluer. Vous m’avez demandé un paysage dans le genre que vous avez vu chez Vaulhaine. Je vous le fais. La bordure se fait maintenant et j’espère vous l’envoyer dans 3 semaines. Tout à vous de cœur. Votre ami Gustave Courbet. »

Charles Chappuis (1822.1897), normalien et philosophe, fut professeur à la Faculté de lettres de Besançon.Grand ami de Louis Pasteur dont il fut le condisciple au collège de Besançon (où Courbet, lui aussi, fit ses études),il collabora à l’organisation de l’Exposition universelle de Besançon de 1860, et, à cette occasion, publia plusieurs articles dans le journal La Franche-Comté sous le pseudonyme de Charles Duvernoy

 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Gustave COURBET prépare ses oeuvres pour l’exposition de Besançon.”