Gustave COURBET et l’art de la peinture.

Gustave COURBET et l’art de la peinture.

Vendu

Lettre autographe signée à Charles Chappuis.

Exceptionnelle lettre de Courbet préparant tout l’éventail de son œuvre pour l’exposition de Besançon.

« Je cherche à vous envoyer tout un musée c’est-à-dire une collection de tableaux qui remplisse pour ainsi dire le cadre des différents genres que comporte l’art de la peinture. »

 

Rupture de stock

Description

Gustave COURBET (1819.1877)

Lettre autographe signée à Charles Chappuis.

Quatre pages in-8°. Slnd (Printemps 1860)

Lettre inédite.

« Je cherche à vous envoyer tout un musée c’est-à-dire une collection de tableaux qui remplisse pour ainsi dire le cadre des différents genres que comporte l’art de la peinture. »

Exceptionnelle lettre de Courbet préparant tout l’éventail de son œuvre pour l’exposition de Besançon.

 

« Mon cher M. Chappuis, Je suis très enchanté de vos bonnes dispositions à mon égard. Soyez bien persuadé que dans ce moment je fais tout ce que je peux pour y répondre. J’ai tellement la tête bourrée de bêtises et de peinture que je ne sais plus ce que je fais. J’ai oublié de vous mettre les prix.Je cherche à vous envoyer tout un musée c’est-à-dire une collection de tableaux qui remplisse pour ainsi dire le cadre des différents genres que comporte l’art de la peinture. Je n’ai pas entièrement tout ce que je désirerais sous la main. Il faudrait que j’aie les tableaux qui sont dans mon atelier de Paris ; pourtant il y aura un spécimen de chaque chose. Ainsi Les Cribleuses de Blé, tableau de mœurs ou genre, tableau de chasse à figures d’automne, et d’été ; chevreuil nature morte, paysage de printemps qui est celui que je vais vous faire, ensuite portrait sérieux, qui peuvent être considérés comme portrait historique par leur manière d’être. Le premier est le portrait de Monsieur Berlioz, que je désire qu’on ne mette sur le livret que par ses initiales, vu que je n’ai pas son autorisation ; ensuite une dame allemande, puis une jeune fille de Salins et non d’Ornans ; quant au portrait de Max Buchon, je désirerais le retoucher si Buchon veut venir à Ornans, autrement je ne l’enverrai pas. Ensuite ce Voyage dans le Jura, scène de neige à figures, puis de la neige sous d’autres formes encore, (tableaux peu traités par leur difficulté). Maintenantil me reste un petit nu d’une jeune femme endormie. Je ne sais si cela vous effaroucherait, ce serait dommage car les peintres et les amateurs aiment cela ; je vous l’enverrai en tout cas. Vous voyez mon cher que je ne me moque pas de vous, comme on a pu vous le faire croire. Il me semble que tout cela doit être une bonne aubaine pour votre exposition. Avec ma réputation vous pourrez faire une réclame monstre et faire venir des amateurs depuis l’Allemagne, depuis la Belgique, etc et qui viendront spécialement pour ces toiles, et pour le coup vous pourriez faire mentir ce fameux proverbe qui maintient depuis longtemps nul ne fait de miracle dans son pays. Jusqu’ici il m’a été applicable, aussi cette tentative de ma part est courageuse. Si vous ne pouvez placer tous les peintres d’ensemble, je désire beaucoup que cela se fasse pour moi dans un endroit très éclairé parce que ma peinture supporte la grande lumière. Maintenant il me reste à faire mon catalogue définitif (qu’il faudra laisser ainsi parce qu’il y a dans les titres certaines précautions) puis à vous donner le prix de chaque chose. Je vais les baisser de 500 f sur ce que je les vendrais à Paris ou à Bruxelles : Les Cribleuses de blé, mœurs des campagnes de la Franche comté. Prix 3000 f. / Le Chasseur Allemand (Francfort). Prix 2000 f. / Le Chevreuil Pendu (nature morte, étude du tableau La Curée de l’exposition de 1857 Paris). Prix 1500 f ou 1000 / Le Naufrage dans la Neige dans les montagnes du Jura en 1860. 1000 f. / Le Paysage que je suis en train de vous faire intituler. / Le Renard et la Proie (neige). Prix 1000 f. / Le cerf qui prend eau (chasse). 600 f. / Portrait de M. Berlioz. Prix 400 f. / Portrait d’une jeune fille de Salins. 300 f. / Portrait de la dame allemande.  / Jeune fille endormie appartenant au cercle des jeunes gens (…) J’en demande 600 f. / Chasse à la neige sous bois. Prix 400 f. / Ce qui constitue 12 toiles. Sur ce mon cher ami je suis à votre disposition ; demandez-moi ce que vous voudrez, je suis expert dans les expositions car j’en ai déjà fait plusieurs pour mon propre compte…. G. Courbet. »

Charles Chappuis (1822.1897), normalien et philosophe, fut professeur à la Faculté de lettres de Besançon.Grand ami de Louis Pasteur dont il fut le condisciple au collège de Besançon (où Courbet, lui aussi, fit ses études),il collabora à l’organisation de l’Exposition universelle de Besançon de 1860, et, à cette occasion, publia plusieurs articles dans le journal La Franche-Comté sous le pseudonyme de Charles Duvernoy.

 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Gustave COURBET et l’art de la peinture.”