Franz LISZT – Manuscrit musical autographe signé – Ave Maria.

Franz LISZT – Manuscrit musical autographe signé – Ave Maria.

Vendu

Manuscrit musical autographe signé – Ave Maria.

(Londres). 1er juillet 1841.

Précieux manuscrit musical de Liszt transcrivant ici, pour piano seul, la conclusion de l’Ave Maria de Franz Schubert.

Rupture de stock

Description

Franz LISZT (1811.1886)

Manuscrit musical autographe signé – Ave Maria.

Une page in-4° sur papier à décor gaufré. Brunissures en marge.

(Londres). 1er juillet 1841.

Précieux manuscrit musical de Liszt transcrivant ici, pour piano seul, la conclusion de l’Ave Maria de Franz Schubert.

Dans les années 1840, Liszt est au sommet de sa gloire. Il enchaîne les tournées européennes, et invente le « récital » pour piano dans sa forme moderne. Le public l’idolâtre, voyant en lui l’emblème d’une virtuosité pianistique démoniaque, portée par les progrès considérables de l’instrument. A Vienne, à Budapest, à Londres, à Paris, en Russie, partout on célèbre la « Lisztomania » (terme forgé par Heinrich Heine et repris à l’envi dans toutes les gazettes de l’époque).

A Londres, où il séjourne au printemps et à l’été 1841, son aura est immense. Il est invité de toutes parts : « J’ai fait un effet étourdissant hier chez le Prince Esterhazy. La crème de Londres y était » (lettre de Liszt à sa compagne Marie d’Agoult, fin juin 1841). C’est très probablement à la demande de l’un de ses hôtes londoniens qu’il aura rédigé le feuillet manuscrit que nous présentons.

Dans ces années, et comme il le fera jusqu’à la fin de sa vie, Liszt met son extraordinaire vélocité au service des grands compositeurs – il contribuera largement à faire reconnaître le génie de Beethoven – mais aussi de sa propre musique qu’il compose avec ardeur. Musique virtuose jusqu’aux limites physiques de l’interprète, mais aussi intense réflexion sur les moyens expressifs du piano. C’est dans cette optique que le compositeur entame une tâche qui occupera une place de choix dans son oeuvre: les transcriptions. Il s’agit de traduire pour le seul piano des morceaux initialement prévus pour d’autres formations.

Notre manuscrit s’inscrit dans cet intense travail de transcription, puisqu’il reprend les dernières mesures de l’Ave Maria de Schubert, célèbre lied (chant) datant de 1825. Les deux compositeurs ne se sont jamais croisés, mais Liszt nourrit une vive admiration pour l’art de son aîné, et travaille ainsi activement à transcrire certains lieder de Schubert. La mélodie initialement chantée par une femme accompagnée d’un piano est ici remodelée de façon à être entièrement contenue dans la partition pour piano. La gageure étant presque de faire revivre une voix humaine à partir du seul instrument. Défi que relèvera brillamment Liszt dans cette transcription issue d’un recueil de transcriptions Schubert/Liszt qui recèle beaucoup de pépites encore souvent interprétées de nos jours. Le célèbre Roi des Aulnes, sur un texte de Goethe, en fait partie.

Pendant toute son existence, Liszt s’intéressera au procédé de la transcription et poussera sa logique jusqu’à transcrire les Neuf Symphonies de Beethoven pour piano seul. En élargissant les possibilités expressives du piano, il ouvrira la porte aux révolutions musicales du XXe siècle.

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Franz LISZT – Manuscrit musical autographe signé – Ave Maria.”