François René de CHATEAUBRIAND et la jeunesse française.

François René de CHATEAUBRIAND et la jeunesse française.

1 600€

Lettre autographe signée.

Superbe lettre de remerciements de Chateaubriand se félicitant des promesses de la jeunesse française, puis se faisant envoyer un volume des Mémoires.

« Au moment où je m’en vais, rien ne me plaît davantage que ces belles espérances que la jeunesse actuelle, en se rattachant au principe religieux de la société, promet à notre patrie si longtemps désolée. »

Description

François René de CHATEAUBRIAND (1768.1848)

Lettre autographe signée.

Une page in-4° sur papier à double feuillet. Paris. 7 août 1838.

« Au moment où je m’en vais, rien ne me plaît davantage que ces belles espérances que la jeunesse actuelle, en se rattachant au principe religieux de la société, promet à notre patrie si longtemps désolée. »

Superbe lettre de remerciements de Chateaubriand se félicitant des promesses de la jeunesse française, puis se faisant envoyer un volume des Mémoires.

«J’ai reçu sur ma route, monsieur, la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 22 juillet, et le n° de la revue de l’Aveyron. En arrivant à Paris, je m’empresse de vous remercier de l’une et de l’autre. Si j’ai eu le bonheur d’occuper par mes ouvrages quelques heures de votre vie, je m’en félicite : au moment où je m’en vais, rien ne me plaît davantage que ces belles espérances que la jeunesse actuelle, en se rattachant au principe religieux de la société, promet à notre patrie si longtemps désolée. Vous êtes au nombre de ces espérances monsieur. Je prendrai toujours la part la plus vive à tout ce qui pourra vous arriver d’heureux. Je vous prie de le croire, et d’agréer avec l’expression de ma reconnaissance, l’assurance de ma considération très distinguée. Chateaubriand. Si vous avez la bonté de m’envoyer le 1er volume des Mémoires, c’est à Paris, rue du Bac n°112, que vous voudrez bien me le faire adresser. »

 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “François René de CHATEAUBRIAND et la jeunesse française.”