MITTERRAND François – Prise d’otages à Ouvéa.

MITTERRAND François – Prise d’otages à Ouvéa.

Vendu

Lettre tapuscrite signée, avec apostille autographe, au Ministre de le Défense André Giraud.

Une page in-4° sur papier à son en-tête. Paris. 28 avril 1988.

Importante lettre relative à la prise d’otage d’Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie.

« Monsieur le Ministre, Je vous demande de bien vouloir transmettre à la Gendarmerie Nationale le message suivant : « J’adresse à la Gendarmerie Nationale, dont les personnels sont confrontés à une situation difficile en Nouvelle-Calédonie et qui accomplissent leur devoir avec les qualités traditionnelles de l’arme, courage et abnégation, le témoignage de mon estime et de ma confiance. » Je vous prie de croire à l’expression de mes meilleurs sentiments. François Mitterrand. »

Description

François MITTERRAND (1916.1996)

Lettre tapuscrite signée, avec apostille autographe, au Ministre de le Défense André Giraud.

Une page in-4° sur papier à son en-tête. Paris. 28 avril 1988.

Importante lettre relative à la prise d’otage d’Ouvéa, en Nouvelle-Calédonie.

« Monsieur le Ministre, Je vous demande de bien vouloir transmettre à la Gendarmerie Nationale le message suivant : « J’adresse à la Gendarmerie Nationale, dont les personnels sont confrontés à une situation difficile en Nouvelle-Calédonie et qui accomplissent leur devoir avec les qualités traditionnelles de l’arme, courage et abnégation, le témoignage de mon estime et de ma confiance. » Je vous prie de croire à l’expression de mes meilleurs sentiments. François Mitterrand. »

Après deux ans de cohabitation et à quelques jours de l’élection présidentielle de 1988, François fait face à une crise majeure en Nouvelle-Calédonie, où un groupe d’indépendantistes tua quatre gendarmes avant de se réfugier, avec seize otages, dans une grotte d’Ouvéa.

Entre les deux tours de l’élection présidentielle, le gouvernement de Jacques Chirac choisit la force pour libérer les otages, sans en informer F. Mitterrand.

L’opération militaire fit dix-neuf victimes kanaks.