JAMMES Francis- Ses rêves d’Académie française.

JAMMES Francis- Ses rêves d’Académie française.

450€

Lettre autographe signée à Alfred Valette.

Belle lettre sur son souhait, jamais exaucé, d’entrer à l’Académie française.

« Si je dois discourir un jour à l’académie, l’une des toutes premières cartes d’invitation sera pour vous et Rachilde (…) Ma vie est un paradoxeJ’avais sincèrement renoncé, sans un regret, à l’Académie. »

Description

Francis JAMMES (1868.1938)

Lettre autographe signée à Alfred Valette.

Deux pages in-folio. Hasparren. 17 novembre 1927. Quelques restaurations au dos.

Belle lettre sur son souhait, jamais exaucé, d’entrer à l’Académie française.

« Soyez sûr que si je dois discourir un jour à l’académie, l’une des toutes premières cartes d’invitation sera pour vous et Rachilde. Je ne peux oublier ce que vous avez été pour moi depuis bien longtemps : dévoué au possible et tout à fait en dehors d’autres éditeurs qui, si probes et obligeants qu’ils soient, ne sont que des machines à écrire. Ma vie est un paradoxe. J’avais sincèrement renoncé, sans un regret, à l’Académie, encore que, voici bien des années, un nombre de voix honnête m’ait été accordé après l’obtention du grand prix de littérature. Mon principe, je ne vous l’ai peut être jamais dit : c’est de ne jamais essayer de forcer une porte. Je n’essaie de l’ouvrir que si je sens qu’elle peut céder. Dieu que de hautes influences, dont celle de Barrès, me poussent et me soient acquise, il se peut que l’Académie ne s’ouvre point pour moi. Personne au monde ne serait moins déçu que moi en ce cas. Je ne demande à la providence que de me guider sans que je penche dans un sens ou dans l’autre – sinon celui de mon salut. Vous souvient-il d’un soir où je fus introduit dans les bureaux du Mercure par Henri Bataille (…) »

Alfred Valette (1858.1935) fut le fondateur du Mercure de France, qu’il dirigea avec son épouse, la romancière Rachilde, de 1890 à 1935.