Federico FELLINI et le cinéma.

Federico FELLINI et le cinéma.

450€

Lettre signée à Jean Leymarie

Rome. 24 février 1987.

« C’est toujours comme ça : quand je tourne, je n’attends que le moment où j’aurai fini ; et quand j’ai terminé, je n’attends que le moment où je vais recommencer. »

Description

Federico FELLINI (1920-1993)

Lettre signée à Jean Leymarie

Une page in-4° sur papier à son en-tête. Enveloppe.

Rome. 24 février 1987.

« C’est toujours comme ça : quand je tourne, je n’attends que le moment où j’aurai fini ; et quand j’ai terminé, je n’attends que le moment où je vais recommencer. »

« Mon cher Jean, quel plaisir m’a fait ta petite lettre ! J’ai revu tout d’un coup ton beau visage d’ami intelligent, fidèle, et j’ai regretté de ne pas t’avoir rencontré plus souvent quand tu étais à Rome, de ne pas être resté plus longtemps avec toi. Même si on se voyait si peu, tu étais un point de repère confortant, protectif, tu étais vraiment l’ami dont on désire la compagnie pour la sympathie, l’affinité, la confiance profonde. Et tes filles aussi, je me rappelle d’elles avec le même sentiment d’agrément, d’intérêt, comment vont-elles ?  Et toi, mon cher Jean, quand est-ce que je vais te revoir ? Je suis entrain de dicter cette lettre en Italien à Fiametta, qui comme tu vois, la traduit dans un français parfait. Ou pas ? Elle se joint joyeusement à mes salutations et à mon embrassement, et je crois que par toi le sien sera apprécié autant que le mien.J’ai terminé un petit film dont le titre provisoire est « L’intervista », que maintenant je suis entrain de doubler. C’est toujours comme ça : quand je tourne, je n’attends que le moment où j’aurai fini ; et quand j’ai terminé, je n’attends que le moment où je vais recommencer. Mais cette fois, il me semble de ne pas avoir encore des idées nouvelles, des nouveaux stimulants … qu’est ce que tu en dis : la Divina Comedia ? Le Comte de Montecristo ? America de Baudrillard ? En tout cas, nous en causerons quand nous nous reverrons, j’espère très tôt. Je te souhaite bon travail, mon cher ami, avec beaucoup d’estime et d’affection. Ton Federico »

 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Federico FELLINI et le cinéma.”