DOM PEDRO II du Brésil – Extraordinaire correspondance scientifique.

DOM PEDRO II du Brésil – Extraordinaire correspondance scientifique.

5 500€

Ensemble de sept lettres autographes signées.

Extraordinaire correspondance scientifique de Dom Pedro II. L’Empereur évoque ici  les avancées scientifiques, physiques, géologiques, astronomiques, de Louis Pasteur, de Ferdinand de Lesseps, de Thomas Edison, d’Emmanuel Liais…

Description

Pedro de Alcântara – DOM PEDRO II du Brésil (1825.1891)

Second et dernier Empereur du Brésil.

Ensemble de sept lettres autographes signées.

Huit pages in-8° au total, en français.

Rio. Brésil. De février 1880 à mars 1882

Extraordinaire correspondance scientifique de Dom Pedro II au physicien Arthur Morin et à l’ingénieur Henri-Édouard Tresca. L’Empereur évoque ici, avec passion, les avancées scientifiques, physiques, géologiques, astronomiques, de Louis Pasteur, de Ferdinand de Lesseps, de Thomas Edison, d’Emmanuel Liais, de Chevreul, ….

Homme de bien, de sciences, de culture et de progrès, Dom Pedro II régna durant cinquante-huit années sur le Brésil. Ayant hérité, à la succession de son père en 1831, d’un Empire au bord de la ruine, il transforma son pays en profondeur pour élever le Brésil en une puissance libre, civique et émergente sur la scène internationale. Considéré généralement, encore aujourd’hui, comme le plus grand homme de l’Histoire Brésilienne, son comportement suscita le respect et l’admiration de nombreux savants et écrivains européens tels que Darwin, Hugo, Pasteur, Bell, ou Nietzsche.

« Je suis né pour me consacrer à la culture et aux sciences » écrivit-il dans son journal intime en 1862. Parlant plus de dix langues, il fut membre de la Royal Society, de l’Académie des Sciences de Russie et de Belgique, de la Société géographique américaine, il est élu, en 1975, à l’Académie des Sciences en France. Souhaitant mettre ses connaissances au service de son pays, il développa activement l’éducation nationale, la recherche scientifique et artistique.

Très belle correspondance d’un très grand homme.

. 15 février 1880« Général, Liais m’a écrit hier et selon ses instructions j’ai envoyé un télégramme à votre Académie sur la comète. Je l’ai vue pour le première fois le 4 peu après 8 h du soir à Petrópolis entre le Sud et l’Ouest. Je ne l’ai plus revue. Le ciel était nuageux le 4. Liais dit n’avoir pas vu le noyau qui se trouvait sous l’horizon et que la queue vue pour lui avait 60° de longueur. J’espère pouvoir envoyer une note précise. J’ai déjà lu les observations de Mr Moncel à propos de la lampe électrique Edison, cependant je crois que l’électricité remplacera le gaz d’éclairage. Je retourne ce soir à Petrópolis. Je n’ai pas encore pu lire les livres de ( ?)  et de Daubrée comme ils le désirent, mais je leur en écrirai aussitôt. Le séjour de De Lesseps dans l’isthme de Panama m’inquiète à cause du climat. Il y a eu de grandes crues. Adieu ! A bientôt ! Bien des souvenirs à tous ceux que vous aimez. Dom Pedro de Alcantara »

. 11 avril 1880.« Mr le Professeur, J’ai lu avec beaucoup les derniers comptes rendus. Je vois que la dispute entre les chimistes continue toujours. J’attends avec impatience l’éloge de Belgrand, je n’en ai lu que des extraits. Je vous envoie une lettre encore adressée à notre regretté Général. J’y parle de la comète. C’est Liais qui m’a prié d’envoyer les deux télégrammes à l’Académie. Comment va l’affaire du mètre ? J’ai hâte de lire ce que l’on publie à ce sujet. Votre affectionné Dom Pedro d’Alcantara.»

 

. 15 juin 1880.« Le voyage dans la province de Param fut intéressant pour moi. Il m’a cependant mis dans de grandes difficultés pour me rattraper dans mes lectures régulières et je ne puis à présent que reprendre cette correspondance qui me procurera tant de renseignements de votre part. Je suis avec le plus grand intérêt la discussion entre Pasteur et Blanchard sur les parasites et quoique je penche à la panspermieje trouve l’opinion de Blanchard très acceptable. Que ce monde des infiniment petits sera difficile à connaître, même un peu. J’attends avec impatience vos informations sur le mètre étalon. Adieu ! Bien des souvenirs à vous et comptez toujours sur les sentiments de votre affectionné Dom Pedro d’Alcantara »

 

. 15 janvier 1881.« Mr, Le Ministre a une réponse sur l’affaire du mètre et je vous remercie d’avoir remplacer avec un si pieux souvenir notre excellent général. Les communications sur la photophonie m’intéressent beaucoup et je continue à être un lecteur assidu des comptes-rendus. Je vous prie d’agréer mes meilleurs souhaits de nouvelle année ainsi que de les transmettre de ma part à ceux que vous savez combien j’estime. J’espère que Chevreulm’enverra ce qu’il aura publié de ses nouveaux travaux. Qu’elle nature privilégiée ! Je vous écrirai de Petrópolis moins laconiquement. Votre affectionné, Dom Pedro d’Alcântara. »

 

. 14 juin 1881.« Mr, Je vous recommande le Dr Martino Peireira. Il est Professeur agrégé de l’Ecole de médecine de Rio et jeune homme de beaucoup de talent. Il a déjà publié des livres de chimie, mais c’est la physique pour laquelle il a une grande prédilection qu’il va surtout étudier en Europe. Je suis sûr que vous lui serez d’une grande aide dans ses études et que le voyage de Mr le Dr Peireira me donnera de nouvelles occasions de montrer ma reconnaissance envers ceux qui ont été si bienveillants pour votre tant affectionné Dom Pedro d’Alcantara.»

 

. 9 août 1881« Mr, Malheureusement je n’ai que fort peu de temps pour vous écrire. Je vous prie de présenter à ( ?) à l’Académie. Je lis toujours ses comptes rendus. La note sur la pile voltaïque énergique et constante de Reynier m’a beaucoup intéressé.Cette manifestation de la force deviendra chaque jour plus utilisable. La nomination de ( ?) m’a beaucoup plu. Il a été toujours été formidable pour moi. Bien des souvenirs à tous et croyez-moi votre bien affectionné Dom Pedro.»

 

. 18 mars 1882« Mr, J’ai reçu de vos nouvelles (…) Je n’ai pas de sujet important pour cette lettre, mais je ne pouvais que vous exprimer le chagrin que m’a causé la mort de Decaisne. Il sera bien regretté par tous ceux qui aiment la science et estiment les beaux caractères. Je sais que les questions des accumulateurs électriques et de la transmission à distance n’avancent pas. J’ai vu avec plaisir Gaudry entrer à l’Académie. Donnez-moi quelquefois de vos nouvelles et comptez toujours sur l’amitié de  Votre bien affectionné Dom Pedro d’Alcantara»

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “DOM PEDRO II du Brésil – Extraordinaire correspondance scientifique.”