DAVID D’ANGERS et les statues de Molière et Jeanne d’Arc.

DAVID D’ANGERS et les statues de Molière et Jeanne d’Arc.

750€

Lettre autographe signée.

Très belle lettre du sculpteur à propos des statues de Molière et Jeanne d’Arc présentées au Salon de 1851.

La statue qui, selon moi, mérite de fixer d’abord votre attention est celle de Molière…

Description

Pierre-Jean DAVID D’ANGERS (1788.1856)

Lettre autographe signée.

Une page grand in-4°. Paris 19 mai 1851.

Très belle lettre du sculpteur à propos des statues de Molière et Jeanne d’Arc présentées au Salon de 1851.

« Monsieur le Directeur, La statue qui, selon moi, mérite de fixer d’abord votre attention est celle de Molière. Ensuite celle de Jeanne Hachette, puis celle de Jeanne d’Arc. La statue d’un marin par M. Corporandi présente un aspect sculptural très convenable. Agréez, monsieur, le Directeur, l’assurance de ma considération la plus distinguée. David d’Angers. »

L’œuvre de David d’Angers est considérable. On ne compte pas moins de soixante huit statues et statuettes, une cinquantaine de bas-reliefs, une centaine de bustes, plus de cinq cents médaillons. Sur la centaine de bustes, il faut signaler : Victor Hugo, La Fayette, Goethe, Vigny, Lamartine, Béranger, Musset, Arago, Balzac, ChateaubriandPaganini… Pour les statues, il est l’auteur de Talma (Comédie Française), Corneille (Rouen), Racine (La Ferté Milon), Gutenberg (Paris ; Strasbourg)), Thomas Jefferson (Washington)…

En 1830, il reçoit la commande du fronton du Panthéon qu’il termine en 1837, en défendant régulièrement ses visions d’artiste, face aux injonctions des responsables de l’administration et des politiques. L’inauguration a lieu en septembre 1837, sans David d’Angers, non invité. Dans les œuvres monumentales, il faut citer aussi l’Arc de Triomphe à Marseille, avec trois bas-reliefs et diverses décorations (trophées, renommées,..)

Lors de la Révolution de 1848, il est nommé maire du XIe arrondissement de Paris puis élu député par le département du Maine et Loire. Il siège à l’Assemblée constituante et défend l’existence de l’Ecole des Beaux-arts et de l’Académie de France à Rome. Il s’oppose à la destruction de la Chapelle Expiatoire et au retrait de deux statues de l’Arc de Triomphe, (Résistance et Paix d’Antoine Etex). Il vote aussi contre les poursuites à l’encontre de Louis Blanc, contre les crédits de l’expédition romaine, pour l’abolition de la peine de mort, pour le droit au travail, pour l’amnistie générale. En 1851, à l’avènement de Napoléon III, il est arrêté et condamné à l’exil. Il choisit la Belgique puis voyage en Grèce.

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “DAVID D’ANGERS et les statues de Molière et Jeanne d’Arc.”