DE GAULLE Charles – La Constitution de 1958.

DE GAULLE Charles – La Constitution de 1958.

Vendu

Lettre autographe signée à son cousin Marc Lami.

Paris, le 28 juin 1958.

Belle lettre du Général, à quelques mois du vote du référendum sur l’adoption de la Constitution de la Ve République.

 » Sachez que votre pensée m’a touché et encouragé dans les jours difficiles que nous venons de traverser. »

Rupture de stock

Description

Charles De GAULLE (1890.1970)

Lettre autographe signée à son cousin Marc Lami.

Une page ½ in-8° sur papier à son en-tête. Paris, le 28 juin 1958.

Belle lettre du Général, à quelques mois du vote du référendum sur l’adoption de la Constitution de la Ve République.

 » Mon cher Marc, Sachez que votre pensée m’a touché et encouragé dans les jours difficiles que nous venons de traverser. Sachez aussi que notre affection pour vous et pour les vôtres est chaude et fidèle. Yvonne se joint à moi pour vous le dire et le dire à Catherine. »

Le 29 mai, le président René Coty fait appel au « plus illustre des Français ». Charles de Gaulle accepte de former un gouvernement. Sous pression, l’Assemblée nationale l’investit le 1er juin, par 329 voix sur 553 votants. Le général de Gaulle devient ainsi le dernier président du Conseil de la IVe République. Les députés lui accordent la possibilité de gouverner par ordonnance pour une durée de six mois, et l’autorisent à mener à bien la réforme constitutionnelle du pays.

La nouvelle Constitution, élaborée au cours de l’été 1958, est très proche des propositions avancées à Bayeux, avec un exécutif fort. Le général de Gaulle accepte cependant que le Parlement ait plus de poids qu’il ne le souhaitait. En particulier, de Gaulle doit renoncer à l’élection du président de la république au suffrage universel (un élément central de son dispositif constitutionnel qu’il finira par imposer en 1962).

La Constitution est adoptée par référendum le 28 septembre 1958, avec 79,2 % de « oui ». Charles de Gaulle est élu par un large collège électoral, président de la République française et de la Communauté africaine et malgache, le 21 décembre, avec 78,51 % des suffrages.