BRASSAÏ et le succès de son exposition américaine.

BRASSAÏ et le succès de son exposition américaine.

1 300€

Lettre autographe signée à ses amis Babeth et Léo.

Très belle lettre de Brassaï enthousiasmé par son succès américain.

« Les Américains veulent tous embrasser Brassaï. »

Description

Gyula HALASZ dit BRASSAÏ (1899.1984)

Lettre autographe signée à ses amis Babeth et Léo.

Une page in-4° sur papier à en-tête de l’Hôtel Plaza de New-York.

New-York. 20 septembre 1976.

« Les Américains veulent tous embrasser Brassaï. »

Très belle lettre de Brassaï enthousiasmé par son succès américain.

« Chère Babeth et cher Léo. Mille regrets que vous n’étiez pas présents au vernissage. On a dit que la Galerie était comme le Times-Square … 1500 personnes. J’ai donné des interviews et signé des centaines de livres et hier dimanche le New-York Times Art (sous la signature du fameux Cramer) m’a consacré plus d’une page (et la première page !). Je crois que l’affaire est dans la poche ! Le temps est radieux, ni trop chaud ni trop froid. Dans la foule, j’ai rencontré aussi les Mazard tous les quatre, mais j’ai oublié de demander leur adresse. L’avez-vous ? Babeth, veux-tu être assez aimable de nous l’envoyer (…) Mille baisers et merci. Brassaï.»

 

Au dos de la lettre, l’épouse de Brassaï, Gilberte, rédige quelques lignes à ses amis :

« Chère Babeth et Léo. Nous voudrions demander un conseil à Mazard. Tout le monde est sidéré (les Français du Consulat !). Ca leur fait les pieds. Les Américains veulent tous embrasser Brassaï. On m’a pincée, arraché la robe, j’ai cru m’évanouir. Une interview où on a dit que j’étais la fille, une autre qu’il est mon enfant ! Quelle rigolade. Je vous embrasse. Gilberte. »

Brassaï publia, en 1976, chez Gallimard son Paris secret des années 30.

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “BRASSAÏ et le succès de son exposition américaine.”