BLONDIN « couvre » les adultères de R. Nimier.

BLONDIN « couvre » les adultères de R. Nimier.

Vendu

Lettre autographe signée à son ami Roger NIMIER

Etonnante lettre de Blondin « couvrant » la double vie de Roger Nimier, loin de son épouse Nadine.

« Le coup que j’ai donné, le soir où Nadine a diné avec nous et couché avec Claude a tellement bien marché que tu as l’air un peu salaud ou désinvolte. »

Rupture de stock

Description

Antoine BLONDIN (1922.1991)

Lettre autographe signée à son ami Roger NIMIER (1925.1962)

Trois pages in-12°, slnd. « Mercredi ».

Etonnante lettre de Blondin « couvrant » la double vie de Roger Nimier, loin de son épouse Nadine.

« Tout s’est admirablement passé en ce sens que tu es en Belgique. Il est simplement dommage que tu ne téléphones pas plus souvent. Le coup que j’ai donné, le soir où Nadine a diné avec nous et couché avec Claude a tellement bien marché que tu as l’air un peu salaud ou désinvolte, voici pourquoi : Nadine avait laissé à Josette le n° de Claude pour que tu puisses l’appeler jusqu’au lendemain 10h … je ne pouvais donc réitérer mon appel à Balzac. Tu m’aurais entendu faire épeler à Josette ou je ne sais qui à l’accent étranger :

– Madame Claude (Nadine n’avait dit ni Haguenauer, ni Maupomé) Gal 65-07.

– Madame Klaus ?

– Non ! C-L-A-U-D-E.

– Allo ! Terminé Bruxelles ?

– S’il vous plait : Madame Glaode ?

– Oui

– Glaode- Gavarni 65-07

– Oui très bien. Merci Monsieur.

—————————————————————————————–

Nadine (le lendemain) : Je comprendrais qu’il ne m’ait pas rappelée le lendemain ou le soir même chez toi, s’il avait peur de manquer d’argent, parce qu’il doit se déplacer beaucoup, mais comme Josette m’a dit qu’on m’avait demandé avec préavis… Peut être a-t-il été mécontent que j’aille couché chez toi.

——————————————————————————————

En fait, rien ne te permet de savoir avec certitude que Nadine a couché chez Claude. A ce propos, il sera peut être bon, en règle générale, que tu prennes contact avec moi avant de ressurgir officiellement. Je t’ai appelé vers 2h du matin à Gstaad dans la nuit de lundi à mardi – ¼h d’attente, puis la voix d’un innocent (un veilleur) m’a dit qu’il allait s’enquérir – Puis au bout d’une minute :

– C’est une erreur.

Je n’ose interpréter. Profite et à toi. Antoine. »