Alphonse de LAMARTINE se débat pour financer la publication de ses Œuvres complètes.

Alphonse de LAMARTINE se débat pour financer la publication de ses Œuvres complètes.

350€

Lettre signée.

Lamartine surendetté se débat pour financer la publication de ses Œuvres complètes.

 » On dira dans deux ans = Lamartine a osé croire que l’amitié en France suffirait pour payer cinq millions et pour sauver un homme et la France ne l’a pas trompé ! » 

Description

Alphonse de LAMARTINE (1790.1869)

Lettre signée.

Deux pages grand in-4°. Paris. 10 avril 1863.

Ce sont mes Œuvres complètes en 40 volumes, 31 volumes sont prêts.

Lamartine surendetté se débat pour financer la publication de ses Œuvres complètes.

« Monsieur, Vous m’avez offert récemment vos services à tout prix dans termes tels que cette offre est restée gravée dans mon cœur. J’y ai recours bien plus tôt que je ne le pensais. Sur environ cinq millions de découvert, je suis parvenu à en rembourser quatre en huit ans de travail. J’ai encore environ six cent mille francs à toucher et à payer avant neuf mois (1er janvier 1864). Mais je suis engagé dans une entreprise à l’aide de laquelle je paie les frais d’impression, de papier, d’administration, de poste et je désintéresse successivement mes créanciers. Ce sont mes Œuvres complètes en 40 volumes, 31 volumes sont prêts. Il ne m’en reste plus que neuf à faire imprimer en neuf mois, avant le 1er janvier 1864. Cent vingt mille francs environ me manquent en ce moment pour cela par une circonstance extraordinaire. J’ose vous proposer de me les avancer pour deux ans. Je vous rembourserai en argent ou en livres à votre choix, le premier janvier 1865. Sans cette aide je n’ai qu’à livrer mes terres, elles sont engagées en entier au crédit foncier. Je péris moi et mon entreprise au moment où je touchais au but. Laisserez vous pour 120000 fr. languir une entreprise et périr un homme presque libéré que vous avez soutenu avec tant de dévouement jusqu’ici ? Non ! Voici le mandat à signer et à me renvoyer à moins que vous ne préfériez m’adresser 100 frs par la poste en un billet de banque ou en un mandat sur la poste de Paris. Vous recevrez en retour mon accusé de réception mon engagement de rembourser et mon dévouement. On dira dans deux ans = Lamartine a osé croire que l’amitié en France suffirait pour payer cinq millions et pour sauver un homme et la France ne l’a pas trompé !»

 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “Alphonse de LAMARTINE se débat pour financer la publication de ses Œuvres complètes.”