François MITTERRAND – L’accident de son fils en 1987.

François MITTERRAND – L’accident de son fils en 1987.

550€

Lettre signée à Madeleine Chapsal, avec apostille autographe.

Belle lettre du Président de la République suite à l’accident de son fils.

« La santé de mon fils et de mes deux petites filles s’améliore mais il faudra une grande patience. »

Description

François MITTERRAND (1916.1996)

Lettre signée à Madeleine Chapsal, avec apostille autographe.

Une page in-4° sur papier à en-tête du Président de la République.

Paris. 13 août 1987. Enveloppe oblitérée.

Belle lettre du Président de la République suite à l’accident de son fils.

« Chère Madeleine Chapsal, Votre message amical m’a beaucoup touché et je vous en remercie vivement. La santé de mon fils et de mes deux petites filles s’améliore mais il faudra une grande patience. Vous savez que j’aurais plaisir à vous voir ; dès que cela me sera possible, je prendrai contact avec vous… A vous, fidèlement. François Mitterrand. »

Le GSPR (Groupe de sécurité de la Présidence de la République) unité d’élite créée sur mesure, fut chargée de la sécurité de François Mitterrand et de son entourage dès 1983.

Durant l’été 1987, plusieurs de ses hommes assurent la protection de Gilbert Mitterrand, en vacances avec sa famille dans les Landes. Tout se passe bien, jusqu’au jour où Gilbert finit par demander qu’on le laisse faire une sortie avec ses filles sans escorte. Les gendarmes acceptent à contrecœur de le laisser partir… et un accident de la route survient: sa voiture est percutée par une autre dont la conductrice est tuée sur le coup. Gilbert et une de ses filles sont grièvement blessés, son autre fille voit son pronostic vital engagé. Tous guériront, mais la colère durable de François Mitterrand ne sera pas oubliée par les gendarmes.

Mission Jaguar : protéger Anne et Mazarine Pingeot.

A l’intérieur du GSPR, une équipe est chargée dès janvier 1983 de la « mission Jaguar » : assurer la protection d’Anne et Mazarine Pingeot (cette dernière a alors 8 ans), et celle de ce secret d’Etat. Pour assurer la permanence de la protection, une équipe de dix gradés et gendarmes, que l’on nommera ‘Jaguar’, est mise sur pied. Elle sera uniquement dédiée à cette mission, afin de garder au mieux une totale étanchéité et une discrétion absolue, même au sein du groupe. »

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Be the first to review “François MITTERRAND – L’accident de son fils en 1987.”